Faire nos balises, Eté métropolitain, 2018 :

Sans titre
Proto-écriture, acrylique sur parpaings, 240 x 350 cm

Vue d'une installation dans un terrain vague
Peinture sur rocher, acrylique sur parpaings

Extrait du guide de randonnée

Sans titre, balise végétale
Ïf, cordage, dimensions variables

Sans titre, balise végétale
Arbuste, cordage, dimensions variables

Sans titres, 9 balises
Technique mixte, dimensions variables

Rodéo

Rodéo est un duo composé de deux artistes périgordins basés à Bordeaux, Johann Bernard & Charlie Devier. Leur travail artistique questionne le paysage, l’exploration et la cartographie. Il débutent en 2011 leur collaboration par l’exploration de la métropole bordelaise à vélo. Inspirés par les faiseurs d’herbiers, ils prélèvent et collectionnent des brins d’herbes dans chaque stade de l’agglomération où ils s’arrêtent pour réaliser un premier herbier des pelouses de ces lieux.

Rodéo réunit des préoccupations communes à Johann Bernard et Charlie Devier qu’ils interrogent chacun de manière différente dans leurs pratiques personnelles : la question de la cartographie et du déplacement , qu’ils inscrivent ici dans la tradition des explorateurs humanistes du XVIIIème siècle et dans la philosophie et la poétique du Naturalisme, celle du fragment emprunté à une réalité plus grande, et celle de la narration personnelle.

Rodéo peut se définir comme une expédition, une action performative, qui permet à Johann Bernard et Charlie Devier de créer des herbiers, des collections de curiosités et des installations artistiques, d’après un protocole établi et mouvant. C’est une entité exposable, déplaçable et modulable qui s’architecture sur une vision contemporaine et plastique de l’herborisation.

Faire nos balises

Les stades nous sont apparus comme des Oasis de verdure sur notre ancienne carte de la Métropole. Nous voulions les relier les uns aux autres et traverser la ville pour aller voir le suivant, comme pour vérifier qu’il serait bien différent du précédent. Nous avons pu mener à bien ce projet à l’occasion de l’été Métropolitain 2018.

Nous nous sommes inspirés des méthodes de marquages des indiens d’amériques (pliages de végétaux) et des hoboes (répertoire de signes ) tout en les hybridant avec des pratiques sculpturales et performatives. Nous nous sommes appuyés sur des éléments marquant des paysages traversés pour réaliser notre signalétique censée relier le stade le plus méridional de la métropole bordelaise au stade le plus septentrional.

Créer des balises c’est perturber légèrement le paysage. Les balises deviennent remarquables parce que les marcheurs sont à leur recherche. Habituellement elles ne sont rien d’autre qu’un signe qui se répète. Notre balisage était quand à lui constitué d’une succession de gestes sculpturaux variables combinés à l’invention d’une proto-écriture inspirée des lignes présentes sur les terrains de football.